A l'instar des deux précédentes années de la décade 2010, 2012 se sera avérée prolifique en matière d'éditions d'anciennes partitions ou de rééditions grandement augmentées en terme de contenu. Est-ce nécessairement une bonne chose de vouloir tout sortir et de remplir des cd's parfois jusqu'à ras-bord? Cela dépend des cas mais toujours est-il que le porte-monnaie de l'amateur de musique de films a une fois été rudement mis à contribution. Cela dit, quand bien même personne ne peut prétendre tout acquérir, force est de reconnaître que les labels spécialisés, en plus de la quantité, ont également mis l'accent sur la qualité. Voici donc une petite rétrospective complètement subjective de rééditions en mode majeure:

Ben HurBEN HUR - Miklos Rozsa - Film Score Monthly

5 cd! Il fallait bien ça pour rendre un hommage définitif à ce pavé quantitatif et qualitatif de la musique de films hollywoodienne. Oeuvre foisonnante en thèmes, motifs et virtuosité orchestrale, alternant avec pertinence souffle épique et intimisme (au-delà du grand spectacle, le film raconte surtout l'histoire d'un homme cherchant à se venger de la trahison de celui qu'il considérait comme un frère), la musique de Miklos Rozsa refait son apparition en tambours et trompettes avec ce coffret initié par l'équipe passionnée de Film Score Monthly. Les conditions sonores sont optimales (on n'avait jamais entendu la musique de cette manière!), le contenu l'est tout autant (musique intégrale du film, reflet des trois vinyls parus à la sortie du film, nombreuses pistes alternatives, on ne sait plus où donner de l'oreille). Un must de musique, un must d'édition!

 

ConanCONAN THE BARBARIAN (CONAN LE BARBARE) - Basil Poledouris - Intrada

On pensait qu'un tel album ne verrait jamais le jour. Les masters étaient réputés perdus et le studio Universal, producteur du film, n'avait jusqu'ici guère montré d'intérêt envers une édition intégrale de cette référence de la musique de films. Référence, le mot n'est pas trop fort pour qualifier cette symphonie paienne écrite par un Basil Poledouris touché par la grâce et ponctuant sa création d'une référence respectueuse au Miklos Rozsa de BEN HUR. D'une générosité mélodique rarement atteinte à laquelle s'ajoute un abattage bluffant en matière d'orchestration (orchestre, choeurs, instruments ethniques, la palette de couleurs déployée est impressionnante), l'oeuvre éclate désormais de mille feux grâce au méticuleux travail de restauration et de remasterisation des bandes master d'origine. CONAN revient frapper très fort à notre porte et Intrada a rendu un bel hommage à l'auteur de sa musique en ordonnant la musique sur 3 cd (deux cd pour la musique complète du film et les versions alternatives et un autre pour le reflet de l'album d'origine, complété du prologue avec la narration de Mako). Un trésor de musique de films, un trésor de musique tout court, que tout amateur se doit de posséder dans sa discothèque!

HookHOOK - John Williams - La-La Land Records

Encore une musique de film dont l'édition augmentée renforce la cohérence en terme de fluidité et de développement thématique. Bien que d'une durée conséquente (75 minutes), l'album original édité par Epic Soundtrax s'avérait extrêmement lourd à écouter sur la durée et comportait des manques importants (notamment plus de la moitié de l'affrontement final). Après moults négociations avec les ayant droits et l'approbation du dynamique duo Williams/Spielberg, La-La Land est enfin parvenu à mettre sur le marché ce double album confirmant le fait que John Williams faisait entendre pour la dernière fois son style symphonique flamboyant avant d'évoluer vers des compositions qui, bien qu'entièrement orchestrales, s'avéraient plus cérébrales, plus intérieures. HOOK, qui à l'origine devait être une comédie musicale, comporte un matériel thématique conséquent que le chef Williams triture à souhait pour un pur plaisir auditif, culminant dans le duel final enfin présenté intégralement (soit près de 18 minutes de pure virtuosité symphonique). Les sources à partir desquelles cette édition a été conçue étant de qualité variable, le son ne côtoie pas les cimes musicales mais s'avère tout à fait potable grâce à une méticuleuse remasterisation. Au final, un double album incontournable et de vifs remerciements à l'équipe de La-La Land.

 

The RobeTHE ROBE (LA TUNIQUE) - Alfred Newman - La-La Records

Déjà éditée par Varèse Sarabande dans sa collection Club en 2003 (album aujourd'hui introuvable), la musique d'Alfred Newman a connu les honneurs d'une réédition au contenu quasiment identique mais agrémenté tout de même de quelques minutes supplémentaires et d'une remasterisation bienvenue. Pas forcément utile quand l'on possède déjà la précédente version, ce nouveau double cd proposé par La-La Land s'avère indispensable pour qui n'a pas pu l'acquérir ou a découvert la partition depuis peu. D'une beauté spirituelle à couper le souffle, alternant avec des passages plus agités tout aussi impressionnants, cette oeuvre intemporelle est une symphonie pour grand orchestre et choeurs de très haute tenue. Si Miklos Rozsa donna au péplum son aspect majestueux et flamboyant, Alfred Newman lui conféra sa captivante élégance. THE ROBE en est un exemple frappant, l'un des meilleurs.

 

 

Star TrekSTAR TREK: THE MOTION PICTURE (STAR TREK: LE FILM) - Jerry Goldsmith - La-La Land Records

La décennie 1975-1985 est la période musicale la plus fastueuse en matière de créativité pour Jerry Goldsmith. Un orchestre au grand complet, des synthétiseurs analogiques, un blaster beam se donnent rendez-vous pour une symphonie spatiale captivante de bout en bout, d'une inventivité proprement bluffante dans ses timbres musicaux et ses sonorités, et regorgeant de moments tous plus forts les uns que les autres ("Main Title/Klingon Battle", "The Enterprise", 'Ilya's Theme",...) que l'on pourra apprécier sous plusieurs aspects grâce à ce coffret triple cd. Une version longue (la musique intégrale du film incluant les contributions d'Alexander Courage et Fred Steiner autour du thème principal de la série télévisée), l'autre plus courte (le reflet de l'album original dont la sélection et l'agencement des morceaux ont été intelligemment pensés) et quelques trésors cachés dans les versions alternatives (notamment la première approche de "The Enterprise" que l'on peut qualifier de maritime et ne contenant pas la mélodie du thème principal) et un livret riche en analyse, anecdotes et iconographie forment le copieux menu de cette édition ultime d'une oeuvre qui ne l'est pas moins. Composé la même année qu'ALIEN, il s'agit ni plus ni moins que d'un autre incontournable de la musique de films.

Raphaël TCHELEBI